Alexandre DETROUX

Profile picture for user adetroux
Chercheur - Doctorant

Université Libre de Bruxelles

Centre de Théorie Politique

Institut de Sociologie - CP 124

Avenue Jeanne 44

B-1050 Bruxelles

Bâtiment S, 10ème étage, bureau 208

profile_email
0032-650 21 49
Présentation des recherches

Thèse de doctorat :

L’action publique cosmopolitique : de la controverse à la mise en ordre du collectif en matière environnementale

Direction : Justine Lacroix (Centre de Théorie Politique [CTP], ULB) et Olivier De Schutter (Institut pour la recherche interdisciplinaire en sciences juridiques [JUR-I], UCLouvain)

Décembre 2019 – décembre 2023 (mandat FNRS FRESH)

Dans un contexte qualifié à la fois par un déséquilibrage effréné des écosystèmes et par l’accroissement d’un sentiment d’impuissance de l’action publique, comment renouveler la compétence des institutions collectives à mettre en œuvre des politiques effectives, durables et légitimes ? C’est l’enjeu que cette recherche vise à étudier en enquêtant sur la réalité empirique de « forums hybrides » : une configuration dans laquelle l’Etat tire sa compétence de l’apport de « témoins fiables », des groupes d’acteurs « concernés » qui contribuent à redéfinir les problèmes ainsi que les options ouvertes à discussion et leurs potentielles conséquences sur base de leurs « attachements » situés. En se concentrant sur des cas où l’Etat fait preuve d’une volonté explicite d’aller au devant des controverses socio-techniques en matière d’environnement pour mieux en tirer tout l’apprentissage, seront interrogés sa participation à une négociation sur les termes du choix collectif et son rôle dans la conversion de la controverse en décision politique univoque.


Cosmopolitical policy-making: from supporting controversies to setting the collective into order in the field of environment

In a context characterised both by an unprecedented disruption of ecosystem equilibriums and by an increasing sense of the helplessness of policy-making processes, how can the competence of collective institutions to implement effective, sustainable and legitimate policy be renewed? This is the issue this research aims to address by investigating the empirical reality of “hybrid forums”: a configuration in which State institutions draw their competence from the input of “reliable witnesses”, i.e. groups of “affected” actors who help redefine problems as well as the alternatives open to discussion and their potential consequences by relying on their situated “entanglements”. While focussing on cases where public authorities show an explicit will to remain one step ahead of socio-technical controversies in the field of environment in order to better harvest the learnings they carry, their participation to such negotiations on the terms of the collective choice will be questioned, together with their role in converting controversies into univocal political decisions.